Bijoux trouvés

 Bijoux trouvés / bijoux perdus

« Voilà bientôt dix ans que je collectionne les bijoux perdus. Je les ramasse ici et là, dans les rues de Paris, dans les méandres de son métro, mais aussi partout où je voyage. Cela n’a jamais été une quête délibérée, mais plutôt un réflexe de petite fille : ramasser ce qui brille c’est comme trouver un trésor! A mesure que la collection s’agrandit, je m’interroge sur le sens de ces bijoux condamnés. Ils sont pour la plupart issus de l’industrie du bijou fantaisie. Ce sont des bijoux bon-marché, mais pourtant regrettés.

Je conserve les bijoux trouvés dans des boîtes en papier que je fabrique sur mesure.

Pour leur rendre hommage, je redessine avec du fil d’or certaines pièces et je leur donne un écrin d’argent. C’est une réalisation longue et fastidieuse qui s’oppose à la production de masse de l’industrie du bijou. Dans ces silhouettes squelettiques et précieuses, je représente symboliquement le lien d’affection entre le bijou et le porteur, car il existe à mes yeux une âme dans ces objets intimes

En parallèle dans une approche plus spontanée, je moule les bijoux et les recrée en silicone. Ces nouveaux bijoux-fossiles ont un caractère réaliste qui fait référence à l’archéologie. Cela immortalise le bijou perdu en le faisant passer d’un objet abandonné au souvenir de cet objet abandonné. »

Found jewellery / lost jewellery

Galatée Pestre collects found jewellery in the street, and imprints them in silicona. These fossil-brooches immortalize the lost objects, that are mainly pieces of industrial curtom jewellery. Meanwhile, she also outlines some of them with thin gold wire, to glorify the memory of those jewels that are maybe cheap, but for sure missed ones.